Centre d'Etudes Stratégiques de la Marine

Périscope n°8

Retour

Publication le : 18/02/21 -

Retrouvez le huitème numéro de Périscope !

Pour lire le numéro de février 2021, cliquez ici

periscope 2

Le début du XXIème siècle a été marqué par la dimension terrestre des conflictualités.

La décennie qui s’ouvre confirme cependant le retour du domaine naval au premier plan des enjeux géopolitiques et géoéconomiques. La mer est en effet le théâtre de ruptures technologiques et stratégiques telles que le monde n’en a connu depuis longtemps.

Ce nouveau numéro de Périscope se propose ainsi d’aborder trois thèmes d’actualité : la renaissance de la flotte militaire russe, le rôle des garde-côtes dans les pays du Pacifique Ouest et enfin le cyberespace dans le domaine naval.

Les récentes années ont vu le renouveau de la marine russe et son retour comme puissance navale de premier plan, après presque deux décennies de déclin.À la chute de l’URSS, l’éclatement de la chaîne d’approvisionnement entre les ex-républiques socialistes soviétiques, devenues indépendantes, et la crise économique avaient porté un coup très dur à la marine et à l’industrie navale. Si l’élection de Vladimir Poutine a contribué au redressement stratégique et industriel du domaine militaire russe dans les années 2000, c’est à partir de 2010 que la Russie revient dans le grand jeu naval, que ce soit en mer Noire, en Méditerranée, dans l’Atlantique Nord ou en Asie du Nord-Est. L’Asie du Sud-Est, est quant à elle, le théâtre d’un changement de paradigme stratégique d’une tout autre nature mais non moins important.

Les garde-côtes, jusqu’alors principalement employés à des missions de contrôle, voient leur rôle progressivement élargi et leur militarisation renforcée. Cette évolution est particulièrement visible en Chine depuis le 22 janvier dernier, lorsque le parlement a autorisé la China Coast Guard – également appelée «deuxième flotte » – à faire usage de «tous les moyens nécessaires» face à d’éventuelles menaces de navires étrangers. Cet élargissement des compétences n’est toutefois pas propre à la Chine, le Vietnam et l’Indonésie par exemple développant des forces similaires. Aux États-Unis, le nouveau concept stratégique des forces navales dans le Pacifique, présenté en décembre dernier, affirme également la centralité de l’US Coast Guard. Ce huitième numéro de Périscope se penche également sur le cyberespace, qui est désormais considéré comme une des nouvelles frontières du domaine naval. Si le cyber est largement médiatisé dans le monde maritime civil, ses applications militaires sont souvent moins connues. Elles sont cependant tout aussi importantes, dans la mesure où elles bouleversent les conditions du combat.

Dans un contexte d’automatisation, voire d’autonomisation des bâtiments de surface et des sous-marins, l’exploitation de failles de sécurité informatique, liées aux systèmes de navigation et d’armement par exemple, pourrait avoir des conséquences considérables sur les marines contemporaines. Les questions touchant à la coopération, à l’interdépendance entre civils et militaires dans le cyberespace, mais aussi aux nouvelles technologies maritimes, notamment l’intelligence artificielle, sont également au cœur de cette thématique. Enfin, ce numéro s’achèvera sur quelques pistes de réflexion plus diversifiées, abordant des sujets tels que l’éthique du marin, la stratégie de l’OTAN dans le Grand Nord ou encore le recul américain dans l’océan Pacifique.

copyright CESM 2019 | Mentions légales