Centre d'Etudes Stratégiques de la Marine

Le contre-amiral Marc Antoine de Saint Germain

Retour

Publication le : 11/12/18 -

 

20210629 NP COMAR PARIS portrait officiel COMAR

 

Entré à l’Ecole Navale en 1991, et à l’issue de sa formation maritime, scientifique et militaire, il se voit confier en 1994 un premier emploi à bord de la frégate « Courbet » et participe à la mise en place du premier équipage de ce troisième bâtiment furtif de type « La Fayette » à Lorient.

Il embarque ensuite de 1996 à 1998 à bord de la frégate de surveillance « Floréal », basée à La Réunion, et participe notamment aux campagnes de police des pêches dans les Terres Australes et Antarctiques Françaises, se formant alors à l’action de l’Etat en mer en Outre-mer.

A l’issue d’une année de formation complémentaire pour la conduite des opérations navales, il débute alors une longue période d’embarquement au sein du groupe aéronaval : à bord de la frégate lance-missiles « Duquesne » de 1999 à 2001 comme chef du service en charge des systèmes d’information et de communication, puis de la frégate anti-aérienne « Cassard » de 2002 à 2004 comme chef du service en charge des radars et autres capteurs, encadrant alors des services de 30 à 50 personnes. Lors de ces deux affectations, il effectue des déploiements en mer de longue durée (4 mois) aux côtés des porte-avions « Foch » et « Charles de Gaulle » en océan Indien et en Méditerranée.

Il quitte momentanément Toulon et le groupe aéronaval pour la Polynésie française de 2001 à 2002 afin de commander le patrouilleur « La Railleuse » et son équipage d’une trentaine de marins. Il participe alors à la police des pêches aux Marquises ainsi qu’au soutien des administrations publiques dans leurs missions d’assistance aux populations.

Il embarque par la suite à bord du porte-avions « Charles de Gaulle » de 2004 à 2006 en tant que chef d’un service de 80 marins, et participe aux déploiements de longue durée en océan Atlantique et en océan Indien. A ce titre il est impliqué dans l’opération de lutte contre le terrorisme en Afghanistan, et développe sa compréhension des relations internationales, notamment lors des nombreuses coopérations navales avec les Alliés, en particulier les Américains.

Après une année d’études en tant que stagiaire à l’Ecole de guerre, il prend la responsabilité du recrutement des officiers pour la marine nationale de 2007 à 2010.

En juillet 2010, il prend le commandement de la frégate « Surcouf » et de son équipage de 150 marins. Après avoir été intégré au sein de la force navale française dans le cadre de l’intervention française en Libye en 2011, il participe à l’opération maritime européenne ATALANTA d’août à novembre 2011 pour la lutte contre la piraterie en océan Indien. Il est directement impliqué dans l’opération de libération d’un voilier français, le « Tribal Kat », ayant subi une attaque par des pirates somaliens.

A l’issue de son commandement, il intègre la Délégation aux affaires stratégiques du ministère de la Défense (devenue désormais la Direction générale des relations internationales et des affaires stratégiques – DGRIS) au sein de laquelle il traite les questions de l’OTAN et de la place de la France au sein de cette organisation internationale militaire.

Il retrouve le porte-avions en juin 2014 comme commandant en second, et participe aux deux déploiement du groupe aéronaval en 2015 et 2016 en océan Indien et en Méditerranée dans le cadre de l’opération CHAMMAL pour la lutte contre le terrorisme au Levant, décidée après les attentats à Paris en 2015.

Auditeur de la 66ème session du CHEM et de la 69ème session de l’IHEDN (2016-2017), il commande le porte-avions « Charles de Gaulle » de 2017 à 2019 et son équipage de 2000 marins. Après avoir supervisé sa refonte à mi- vie dans le cadre d’un chantier industriel de 18 mois, il mène la remontée en puissance opérationnelle du porte-avions et de son groupe aérien, avant d’être déployé pendant 4 mois en Méditerranée, en océan Indien et en mer de Chine méridionale.

Conseiller au sein du cabinet militaire du Premier ministre jusqu’à l’été 2019, il apporte son expertise dans les domaines maritime, nucléaire et cyber défense.

 

Contre-amiral depuis le 1er juin 2021, il a pris à cette date la direction du Centre d’études stratégiques de la marine (CESM) à l’Ecole militaire.

 

copyright CESM 2019 | Mentions légales