La flotte océanographique française

Fruit de l'association de quatre grands opérateurs publics, la Flotte océanographique française (FOF) constitue un atout essentiel pour la recherche comme pour le service public. Ses structures vont être renforcées pour lui permettre d'accomplir des missions toujours plus nombreuses.

Le Sea Hunter, précurseur de la Marine de demain ?

En lançant en mai dernier les tests du Sea Hunter, plus grand navire militaire autonome du monde, les États-Unis poursuivent leur stratégie de rupture technologique illustrée par le Zumwalt. Ce nouveau type de navire-drone, ici dédié à la lutte anti-sous-marine, annonce-t-il une révolution au sein des marines de guerre ... ? Lire la suite.

Les sous-marins de poche ont-ils un avenir ?

Le sous-marin de poche a eu son heure de gloire pendant la seconde guerre mondiale (Maiali italiens, Xcrafts britanniques, Kaiten nippons ou encore Seehund allemands). Arme d’action spéciale à haut risque, souvent mise en oeuvre par des experts, elle est tombée en désuétude dans les grandes marines d’aujourd’hui. Seules trois nations entretiennent aujourd’hui encore des midgets de combat... Lire la suite.

L'engin de débarquement amphibie rapide - raisonnable et adapté

La Marine Nationale a admis au service actif quatre engins de débarquement amphibie rapides (EDA-R) depuis 2011. Cette nouvelle batellerie d’action vers la terre, à la conception innovante est désormais bien connue, du monde maritime. Mais pourquoi ce choix d’un catamaran en aluminium avec un pont élévateur ? Lire la suite.

Le drone aérien-Marine, un nouveau membre d'équipage

Les travaux d’intégration du Système de Drone Aérien pour la Marine (SDAM) se poursuivent sur un rythme soutenu. Les défis sont importants, mais justifiés par l’avantage certain que présentent les caractéristiques du drone pour remplir les missions actuelles et à venir... Lire la suite.

Zumwalt

Lorsque le DDG 1000 Zumwalt est baptisé, le 12 avril 2014, il détonne par sa taille impressionnante et sa forme futuriste. Dernier né de la flotte américaine, il ne laisse pas indifférent : délire d’ingénieur au coût exorbitant ou appareillage de la marine du futur ? Lire la suite.

Nouveau décollage pour l'Atlantique 2

L’Atlantique 2 (ATL2) est un système majeur des armées françaises pour assurer une surveillance efficace des mers, la protection des forces aéronavales, mais aussi des opérations dans le désert (comme récemment au Mali). Sa capacité à opérer aussi bien sur le théâtre maritime que terrestre (même si sa mission première reste la lutte anti-sous-marine) en fait un atout fondamental pour la Défense... Lire la suite.

Des B2M pour l'Outre-Mer

Contrôler l’ensemble des 11 millions de km² qui constituent la ZEE de la France est une tâche complexe. Afin de la mener à bien, la Marine nationale se dote de 3 bâtiments multi-missions, qui devront remplacer, entre autres, les BATRAL (bâtiment de transport léger) et les patrouilleurs P400... Lire la suite.

FREMM : le navire de demain qui équipe la marine aujourd'hui

Les bâtiments vieillissants ne sont plus totalement adaptés au format des conflits actuels qui cumulent menaces asymétriques, actions contre la terre, développement des actions littorales et frappes dans la profondeur en limitant les effets collatéraux. Polyvalence, permanence, précision et complémentarité : telles sont les caractéristiques de la Marine qui doit disposer de bâtiments à la fois aptes à agir à proximité des côtes et dotés de capacités hauturières pour durer à la mer... Lire la suite.

Le sous-marin d'attaque dans l'action navale

Pendant les deux guerres mondiales, le sous-marin a montré son efficacité pour le blocus stratégique (attaque des flux commerciaux) et les opérations spéciales (transport discret d’agents et commandos, sauvetage de pilotes abattus en mer, mouillage offensif de mines, renseignement…)... Lire la suite.

Les frégates, entre polyvalence et permanence

Du recueil de renseignement à l’appui feu en passant par le contrôle d’une zone d’exclusion aérienne ou d’embargo maritime, la protection des porte-avions et des portehélicoptères ou la lutte contre le minage de ports, les frégates se sont en permanence adaptées pour pousser le parti ennemi vers la défaite... Lire la suite.

Le missile de croisière naval, quelles ruptures ?

Le missile de croisière naval (MdCN), c’est-à-dire tiré depuis la mer, est déjà un système d’armes ancien puisqu’il date de la fin des années 1970. Après les Etats-Unis, la Russie, la Chine, l'Inde, Israël ont produit de tels systèmes
d’armes. Les Britanniques mettent en oeuvre le missile américain Tomahawk. Le Pakistan, la Corée du Sud et Taiwan sont en train de développer de tels missiles... Lire la suite.

Des rubis aux Barracuda

Les missions des SNA relèvent d'abord de la fonction « dissuasion », mais aussi des autres fonctions stratégiques que sont la connaissance et l’anticipation, la prévention, l’intervention et la protection... Lire la suite.

Défense antimissile balistique et contribution navale

La prolifération balistique a connu une rupture, il y a une ou deux décennies avec « l’indigènéisation » de la conception et de la réalisation de missiles. De plus, un nombre croissant de pays émergents confrontés à la suprématie aérienne des pays occidentaux, tentent d’acquérir des missiles balistiques avec la possibilité d’emport d’armes de destruction massive... Lire la suite.

L'Aquitaine à flot

Lancé en 2002 par la France et l’Italie, le programme FREMM est piloté par l’Organisation Conjointe de Coopération en matière d’ARmement (OCCAR) et réalisé par deux entreprises : Armaris, filiale de DCNS, et Orrizonte, filiale de Fincantieri et de Finmeccanica... Lire la suite.

Quand les jumelles du marin prennent de l'altitude

Les changements stratégiques des dernières décennies se sont traduits par une évolution de l’emploi des forces aéronavales. Même si la maîtrise de la haute mer demeure indispensable pour l’accès aux zones de crises, les forces aéro-maritimes opèrent davantage au voisinage des côtes... Lire la suite.

Hautes technologies à l'horizon

Au début des années 1990, la France, l’Italie et la Grande-Bretagne réfléchissent au remplacement de leurs frégates antiaériennes (pour la marine nationale, le Suffren et le Duquesne). Un programme tripartite s’engage mais dès 1999, Londres se retire de la coopération sur la plate-forme afin de mener un projet répondant davantage à son besoin national : le destroyer T 45 type Daring... Lire la suite.