Nos actualités

 Le CESM vient de publier sa revue de presse maritime des deux derniers mois ! Piraterie, flotte américaine, Marine sud-africaine... Retrouvez l'actualité maritime.

Look east, go west …

La Hune du CESM de mai et juin 2016

À Djibouti, la construction d'une base chinoise permanente a commencé. Elle pourra servir en soutien des forces armées chinoises agissant dans la zone ou de support à l'action économique de la Chine en Afrique. Ces premiers parpaings sont en fait de bons indicateurs géostratégiques, à plusieurs titres.

Dans sa prise en compte de la mondialisation et donc de la maritimisation, la Chine « s'occidentalise ». Doublement. Avec cette nouvelle implantation, elle achève, très à l'ouest, son « collier de perles » de points d'ancrage déployé à travers tout l'océan Indien, dans une sorte de contre-manoeuvre de la politique du pivot vers l'Asie des États-Unis ou du « regard vers l'est » de l'Inde. Et elle manifeste sa volonté de s'insérer dans le concert « à l'occidentale » des nations, en participant de plus en plus à des opérations sous l'égide de l'ONU, opérations de maintien de la paix en Afrique ou de lutte contre la piraterie dans les eaux somaliennes, à terme facilitées par la disposition d'un tel point d'appui.

 
hune mai juin 2016 article

Si les côtes du golfe d'Oman, du golfe Persique accueillent elles-aussi des bases étrangères, Djibouti semble être la place forte où il convient de s'implanter. Outre les facilités accordées àl'Espagne, l'Italie, la Turquie ou l'OTAN par exemple, s'y trouvent des bases permanentes française, américaine, japonaise, européenne et donc chinoise, dans une proximité géographique qui peut surprendre. Manque la Russie…

Les grandes puissances considèrent que l'ouest de l'océan Indien restera, pour un temps justifiant une installation, une zone stratégique vitale tant maritime (ouverture du canal de Suez, golfe d'Aden, bassin de Somalie, canal du Mozambique) que terrestre (point d'entrée pour l'Afrique de l'Est et proximité du Moyen-Orient).

La France a choisi de disposer de deux points d’appui permanents dans cette région : à Djibouti et aux Émirats arabes unis. Elle complète ce dispositif par le déploiement périodique de son groupe aéronaval formé autour du Charles de Gaulle qui permet d'allier force et mobilité.

Vous pourrez lire dans ce numéro de La Hune le détail, justement, des opérations récemment menées par le CDG, présenté par une revue britannique. Et puis d'autres choses sur les grands navires, le développement des garde-côtes, l'énergie éolienne …